Mer, littoral et sécurité maritime

La Guadeloupe en alerte rouge qualité de l'air

Le passage de masses d'air chargées en particules fines est à l'origine d'une augmentation des niveaux en particules fines PM10 dans l'atmosphère.

Gwad'Air prévoit pour ces vendredi 20 et samedi 21 mai 2022, le dépassement du seuil d'information et de recommandation fixé à 50 microgrammes par mètre cube sur 24 heures relatif aux particules fines PM10. 

 

Face à cette prévision et à la persistance de l'épisode, la procédure d’alerte sur persistance est recommandée conformément à l'arrêté préfectoral du 03/02/2020 relatif aux procédures d'information-recommandation et d'alerte du public en cas d'épisode de pollution de l'ambiant en Guadeloupe. 

 

Le niveau ROUGE est déclenché pour l'ensemble du territoire pour aujourd'hui et prévu pour demain.

 

gwadair

> Communiqué Dépassement SAP_SAP_PM10_20220520 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,27 Mb

> Voir l'article

Fausses alertes en mer déclenchées par les tirs intempestifs de fusées de détresse

 
 
Fausses alertes en mer déclenchées par les tirs intempestifs de fusées de détresse

A l’occasion des fêtes de fin d’année, le CROSS Antilles-Guyane (CROSS AG) rappelle le cadre réglementaire d’utilisation des signaux pyrotechniques, principalement des fusées de détresse (fusées rouge), lequel précise que ces signaux doivent être utilisés uniquement en cas de détresse en mer. Tout autre utilisation (notamment festive) est totalement interdite.

En effet, pour chaque tir de fusée de détresse, un dispositif de secours se met en place avec la mobilisation de moyens aériens, maritimes et terrestres. Dans le cas des déclenchements intempestifs, c’est toute la chaîne de secours qui est fragilisée car monopolisée inutilement.

Le préfet condamne vivement ces actes irresponsables qui peuvent porter préjudices aux réelles détresses intervenant en mer. Il est rappelé que « la divulgation d’une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l’intervention inutile des secours » est punie de peines pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.

La préfecture rappelle que les signaux pyrotechniques de détresse doivent être apportés, dès lors qu’ils sont périmés, dans un centre de collecte prévu spécialement pour leur retraitement.
Les informations relatives à ces centres peuvent être obtenues auprès des magasins d’accastillage.