Les deuxièmes Journées japonaises du 24 au 29 juin pour se préparer aux risques telluriques

 
 
Les deuxièmes Journées japonaises du 24 au 29 juin pour se préparer aux risques telluriques

Du 24 au 29 juin, la préfecture, avec ses partenaires, organise les deuxièmes Journées japonaises de la Guadeloupe pour se préparer aux risques telluriques : conférences, ateliers et exercices sont au programme.

<= Retrouvez les rubriques dans la colonne de gauche.

Chaque année au Japon, les autorités organisent une journée de prévention des catastrophes naturelles, en mémoire du grand tremblement de terre du Kanto, survenu le 1er septembre 1923. Cette journée à laquelle participent des milliers de personnes sert à se préparer aux risques telluriques : séismes, éruptions volcaniques et tsunamis.

Citoyens, administrations, services de secours, collectivités, entreprises, chacun est partie prenante et participe à son niveau à s’approprier et à partager des gestes et des attitudes souvent salvatrices en cas de crise, ce que d’aucuns appellent la culture du risque.

En Guadeloupe, cette culture du risque est bien ancrée pour les alertes cycloniques. Les procédures sont rodées, chacun sait peu ou prou ce qu’il doit faire et respecte les consignes de sécurité des autorités.

En revanche, alors que la Guadeloupe fait partie des territoires à plus haut risque tellurique de France, avec notamment la proximité de failles et l’existence d’un volcan actif qui se concrétisent par de multiples séismes annuels, des alertes tsunami récurrentes et une surveillance constante de la Soufrière, beaucoup font comme si nous ne devions jamais connaître un tel événement.

Une mise en situation annuelle

 C’est suite à ce constat qu’est venue l’idée d’organiser, pour la première fois en 2019, des journées japonaises. Il s’agit, en dédiant quelques jours par an à cette question, de mieux connaître et de mieux faire connaître ces risques telluriques difficilement prévisibles, afin de mieux nous y préparer.

Cette année, malgré la crise sanitaire et puisque cette dernière ne doit pas nous empêcher de poursuivre ce travail de sensibilisation, les journées japonaises reviennent pour une seconde édition du 24 au 29 juin 2021. Cette année, elles se dérouleront de manière essentiellement dématérialisée, avec le soutien de nombreux partenaires : l’Observatoire volcanologique et sismologique de la Guadeloupe / Institut de physique du globe de Paris (OVSG-IPGP), le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), Gwad’Air, la  Caisse Centrale de Réassurance, l’Association des Maires de Guadeloupe, le rectorat, Plateforme d'Intervention Régionale Amériques Caraïbes, ...

AfficheJJ

Le programme 2021

Le programme de cette édition 2021 des Journées japonaises, spécifiquement dédiées au risque volcanique, prévoit l’ouverture de cet espace internet dédié aux risques tellurique, des actions de sensibilisation en milieu scolaire, des ateliers thématiques organisés sous format de webinaires, ainsi qu’un exercice volcanique sur table à la préfecture qui mobilisera la cellule de crise et l’ensemble des acteurs concernés.

Création de cet espace en ligne « Les risques telluriques en Guadeloupe » le jeudi 24 juin

Il regroupe de façon détaillée les différents risques telluriques auxquels est soumis l’archipel : sismique, volcanique, tsunami et mouvement de terrain, les consignes de sécurité à respecter, les plaquettes d’informations…

Ces éléments d’informations, réunis en un même espace, permet au public un meilleur accès à l’information et sera régulièrement alimenté.

Actions de prévention en école élémentaire

Le jeudi 24 juin, des actions de sensibilisation aux risques telluriques sont menées auprès des publics scolaires du premier degré.

Ces actions passent par la mise à disposition des professeurs d’une trame pédagogique proposant une manière d'aborder la thématique via diverses activités (jeux, exercices, visionnage de vidéo, etc...).

 De plus, certains établissements du sud Basse-Terre se verront doter de goodies destinés à la distribution aux élèves : gobelets, sifflets-lampes, sets de table, kits de survie.

L’objectif est de sensibiliser de façon ludique et pédagogique et de faire émerger une conscience du risque chez les plus jeunes.

Ateliers

Le lundi 28 juin, les ateliers animés par le service interministériel de défense et de protection civiles (SIDPCService Interministériel de Défense et de Protection Civiles) se déroulent en visioconférence de 9h-16h30. Ils ont pour objectifs  d’approfondir la réflexion sur des thèmes de prévention des risques et de gestion de crise afin d’améliorer les procédures existantes.

Atelier 1 : « Reprise d'activité socio-professionnelle post-crise » (9h-10h30)

Présentation : ce premier atelier, avec les interventions de Yoann LEGENDRE - BRGM et Pierre TINARD - Caisse Centrale de Réassurance (CCR) travaillera sur la reprise d’activité post-crise, plus particulièrement sur la reprise d'activité socioprofessionnelle après un risque tellurique majeur.  

Objectifs :

  • sensibiliser aux différentes étapes de la reconnaissance de « catastrophe naturelle » et de fait aux modalités et délais d’indemnisations ;
  • sensibiliser les acteurs socio-économiques à leur vulnérabilité soit individuelle soit par secteurs professionnels ;
  • inciter au diagnostic de vulnérabilité.

 Atelier 2 : « Le jumelage des communes dans le cadre du Plan ORSEC Volcan » (11h-12h30)

 Présentation : Les dispositions spécifiques du plan ORSEC de la Guadeloupe « Phénomènes volcaniques » ont été approuvées par l’arrêté préfectoral n°009 CAB/SIDPC du 9 mai 2018. Elles posent un principe de jumelage entre communes pour faciliter l’évacuation des populations en cas d’éruption volcanique. Le III- D/ de ce plan mentionne notamment : « Le maire est responsable de l’évacuation des personnes situées sur le territoire de sa commune. Il établit un jumelage avec une ou plusieurs communes situées sur l’arrondissement de Pointe-à-Pitre : ces dernières accueillent dans leurs abris sûrs les personnes qui n’auront pas pu être relogées par leurs propres moyens. C’est aussi la commune qui sera chargée de recenser les populations et d’assurer la traçabilité de leur déplacement. » Cet atelier avec l'intervention de l'Association des Maires de Guadeloupe vise donc à encourager et guider les collectivités dans ce projet de jumelage.

Objectif :

- rappeler l’importance des jumelages ;

- faire émerger une feuille de route ainsi qu’une convention-type de jumelage servant de base de travail aux collectivités.

 Atelier 3 : « Appréhender les conséquences des retombées de cendres d’un volcan voisin » (14h30-16h)

 Présentation : L’éruption du volcan La Soufrière à Saint-Vincent et les Grenadines nous a démontré le risque existant de retombées de cendres d’un volcan voisin et l’importance de s’y préparer.

Plusieurs questions se posent :

- Quels risques de retombées de cendres d’un volcan voisin (Saint-Vincent, Montserrat, Montagne Pelée…) ? Quelles en seraient les conséquences ? Sur le trafic aérien/ routier ? L’eau ? Les habitants ? Quelles sont les conduites à tenir ?

- Quelles conséquences pouvons-nous tirer de l’éruption du volcan de la Soufrière à St-Vincent et les Grenadines ?

- Comment intégrer le risque de retombées de cendres d’un volcan voisin au sein du Plan Volcan ?

Objectif :

- Déterminer les bonnes pratiques à mettre en place en cas de retombées de cendres ;

- Intégrer ce risque au Plan VOLCAN.

Intervenants :

- OVSG

- Gwad’Air

Exercice volcanique le mardi 29 juin

Cet exercice s’inscrit dans le cycle des exercices que conduit la préfecture tout au long de l’année : exercice cyclonique, tsunami, pollution marine, plan particulier d’intervention…

Le scénario repose cette fois-ci sur la survenue d’une éruption phréatique de la Soufrière.

L’objectif est de faire travailler ensemble tous les acteurs compétents afin de fournir au préfet les éléments scientifiques et techniques pour décider des actions à mettre en œuvre et comment les mener.

À cette occasion, le centre opérationnel départemental (la cellule de crise de la préfecture) est activé et armé des acteurs habituels.

 Il n’est pas prévu d’évacuation sur le terrain.

Cliquer sur ce lien pour plus d'informations sur cet exercice

> Le dossier de presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 4,66 Mb