COVID-19 : point de situation hebdomadaire au 21 février 2021 et recommandations

 
 
COVID-19 : point de situation hebdomadaire au 21 février 2021 et recommandations

La situation ne s’améliore pas et les seuils d’alerte pour l’incidence et de vigilance pour la positivité ont été dépassés cette semaine. Le variant 20I/501Y.V1 (variant anglais) du SARS-CoV2 se multiplie sur le territoire face à un relâchement net des mesures barrières.

La tendance cette semaine est à la poursuite de l’augmentation du nombre de cas positifs. Le variant anglais du SARS-CoV2 circule aussi bien en Guadeloupe que dans les Iles du Nord chez des personnes symptomatiques et jeunes pour la majorité d’entre elles.

Epidémiologie :

Pour la semaine du 15 au 21 février 2021 (semaine 7), le nombre de nouveaux cas positifs dépistés sur le territoire est de 166 (source SI-DEP ARSAgence Régionale de Santé, testés en Guadeloupe et y résidant) versus 137 pour la semaine 6.        201 positifs au total sont comptabilisés par Santé publique France (SPF) qui intègre dans ses chiffres les personnes ayant une résidence principale en Guadeloupe et testées aussi bien dans l’hexagone que dans notre département contre 190 pour la S6. Ces résidents guadeloupéens, du fait de la détection de leur positivité hors du territoire, n’ont pu rejoindre la Guadeloupe. En prenant en compte les données consolidées, cela porte à  9746 pour la S7, le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par tests PCR et antigéniques pour des résidents guadeloupéens.

En semaine 7, 3010 tests supplémentaires pour des résidents guadeloupéens (faits sur le territoire et hors du territoire) versus 3727 la semaine 6, ont été enregistrés avec un nombre total de 131178 analyses réalisées depuis le début de l’épidémie. L’ARSAgence Régionale de Santé dénombre 547 tests antigéniques réalisés sur le territoire en semaine 7 contre 584 la semaine passée.

 Au dimanche 21 février le nombre de cas de variants est le suivant :

  • 44 en Guadeloupe
  • 12 à Saint-Martin
  • 6 à Saint-Barthélemy

 Selon Santé Publique France, depuis le début de l’épidémie, la Guadeloupe a enregistré 68 clusters (dont 63 qui sont clôturés) comptabilisant un total de 762 cas depuis le 11 mai 2020.  Un nouveau cluster en milieu professionnel avec 6 cas a été déclaré cette semaine et plusieurs signalements de clusters sont en cours de validation. Au total 4 clusters sont en cours d’investigation.

 Mesures barrières

 On constate très clairement un relâchement dans le respect des mesures barrières depuis une quinzaine de jours. Par ailleurs des évènements privés rassemblant trop de personnes ont été observés pendant les jours chômés de carnaval générant des foyers de contamination. Cela correspond malheureusement à l’augmentation du nombre de cas que nous enregistrons. Il est important de bien comprendre que nous formons une chaine de protection et que le relâchement de certains favorise la diffusion de l’épidémie avec des conséquences lourdes pour les plus fragiles.

Nous avons réussi depuis plusieurs mois à conserver un niveau important de liberté d’action (restaurants, plages, shopping, etc.), cela passe clairement par le respect des mesures barrières. Si nous ne voulons avoir plus de restrictions, il faut réagir en respectant à nouveau les mesures barrières !

 Le virus en mutation, présent sur notre territoire, est réputé pour sa diffusion plus rapide. Il est par conséquent encore plus important de redoubler d’attention dans l’application des gestes barrières en se tenant à 2 mètres au lieu de 1 mètre, en respectant les consignes d’isolement et en portant des masques considérés comme plus efficaces car répondant à une norme de filtration élevée, à savoir les masques chirurgicaux ou grand public en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 1.

 Une vigilance est toujours demandée aux ambulanciers et autres transporteurs des personnes malades et/ou immunodéprimées. Elles doivent être transportées seules. Le port du masque est obligatoire et les mesures d’hygiène doivent être respectées par tous.

 Hospitalisations / Décès

 Le nombre de personnes admises à l’hôpital augmente. Le nombre de cas graves est toujours lié à des patients fragiles présentant des comorbidités. Au lundi 22 février 2021, il y avait 6 personnes COVID + hospitalisées dans le service de réanimation du CHUG. 23 patients étaient hospitalisés dans les services de médecine au CH de Capesterre Belle Eau, CHUG, CMS, Clinique de Choisy, clinique de la Violette ; et 11 autres en SSR (dont 4 en MPR au CHU).  

 Nous déplorons le décès d’une personne, un homme âgé de plus de 60 ans.

Les personnes fragiles, de tout âge, souvent porteuses de maladies chroniques, doivent continuer à se protéger impérativement grâce aux gestes barrières mais aussi en refusant les contacts physiques (embrassades, accolades…). En cas de symptômes, ces personnes sont invitées à contacter leur médecin traitant dès les premiers signaux. N’attendez pas d’avoir des signes graves !

 Les indicateurs de suivi de l’épidémie :

 L’ARS suit avec vigilance les indicateurs mis en place depuis la surveillance du déconfinement.

– Le taux d’incidence qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur 100 000 habitants sur une période d’une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 10/100 000 habitants et un seuil d’alerte à 50/100 000 habitants.

Si on considère l’ensemble des résidents en Guadeloupe entrés dans SI-DEP le taux d’incidence est au-dessus du seuil d’alerte avec un taux de 50,15 /100 000 habitants en S7 contre 46,17 /100 000 habitants en S6. Si on considère uniquement les personnes testées sur le territoire, le taux d’incidence a augmenté, est de 44,04/100 000 en semaine 7 contre 36,35 /100 000  en semaine 6 (Source SIDEP ARS).

 – Le taux de positivité qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 / nombre de tests réalisés sur une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 5 % et un seuil d’alerte à 10 %.

Avec un  taux de positivité de l’ensemble des tests réalisés pour des résidents en Guadeloupe, égal à 6,51 % en S7 versus 5,11 % la semaine précédente, la Guadeloupe se situe à présent au-dessus du seuil de vigilance.

 - Le facteur de reproduction effectif du virus (R) représente le nombre moyen de personnes qu’une personne infectée peut contaminer. La variation du R dépend du comportement de chacun et chacune d’entre nous. Le R calculé est inquiétant car une fois de plus au-dessus de 1 : il est de  1.28 (1.12-1.46).

 Les campagnes de tests :

 La campagne de dépistage en communes se poursuit. Voici la liste des prochaines communes qui accueilleront  la campagne de dépistage itinérante :

 Semaine 8 :

 Le 25/02/2021 à SAINT-CLAUDE, parking du CCASCentre communal d'action sociale, de 7h30 à 11h30

Le 26/02/2021 à BAIE-MAHAULT, centre commercial de Destreland, entre les portes 5 et 6 de 8h30 à 12h30

  • A venir semaine 9 :                   

 Le 01/03/2021 à DESHAIES, parking de l’Hôtel Fort Royal, de 8h00 à 12h00 

D’autres communes échangent avec la Croix Rouge afin de programmer de nouveaux dépistages.

 En cas de suspicion de contamination, avec ou sans symptômes, il est impératif de ne pas se déplacer au cabinet de son médecin. Il faut le joindre préalablement par téléphone, ou en cas d’absence, contacter l’association de garde médicale ADGUPS au 0590 90 13 13.

Point vaccination :   

Au lundi 22 février 2021 sur la Guadeloupe et les Iles du Nord 7020 personnes ont été vaccinées dont 912 2èmes injections et 6108 1ères injections par le vaccin Pfizerà ARN.

Le vaccin AstraZeneca a été réceptionné par le CHU en cette fin de semaine 6.Soumis à des contraintes moindres pour sa conservation et plus proche du vaccin « classique » car à virus atténué, il est réservé en prioritéaux personnes de moins de 65 ans.  Ce sont les professionnels de la santé et du médico-social puis les personnes âgées de 50 à 64  ans  inclus en priorisant celles qui ont des comorbidités, qui sont vaccinés depuis le lundi 22 février pour les premiers, soient :

-          Les professionnels de santé (et autres professionnels des établissements de santé et des établissements médico-sociaux intervenant auprès des personnes vulnérables)

-          Les aides à domiciles intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables

-          Les sapeurs-pompiers

Pour être vacciné, l’inscription dans un centre demeure la règle et les modalités de la prise de rendez-vous sont inchangées (appel à RIPOSTE au 05 90 99 14 74, ou en ligne via Sante.fr). La vaccination par son médecin traitant et en liaison étroite avec le pharmacien d’officine est en cours d’organisation.

La possibilité de s’inscrire est parallèlement offerte à toute personne volontaire ayant une comorbidité quel que soit son âge. Les modalités seront très vite précisées pour permettre un déploiement plus rapide de la campagne de vaccination vers une immunité populationnelle croissante.

  Les centres de vaccination sont à présent les suivants :

-          Centre Hospitalier de Sainte-Marie à Marie Galante,

-          Centre Hospitalier de Capesterre Belle Eau,

-          Centre Hospitalier de la Basse-Terre,

-          Centre éphémère de Basse-Terre,

-          Institut Pasteur de Guadeloupe à Pointe à Pitre,

-          Centre hospitalier Louis Constant Fleming à Saint-Martin

-          Centre éphémère de Deshaies, 

-          Centre éphémère de Vieux-Habitants

-          Centre Hospitalier de Saint-Barthélemy

-          Centre médico-social de Saint-Barthélemy

 Seront vaccinées par le vaccin Pfizer :

  • les personnes de plus de 75 ans
  • les personnes très fragiles adressées par leur médecin atteintes des pathologies suivantes :

- Cancers et maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;

- Maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;

- Transplantés d’organes solides ;

- Transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;

- Poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;

- Drépanocytose

- Trisomie 21

- Obésité (IMC supérieur à 30)

  •  les personnes de  plus de 65 ans volontaires pourront également s’inscrire sur liste complémentaire dans ces centres via le numéro de RIPOSTE (05 90 99 14 74).

 Les  EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes poursuivent la vaccination des résidents volontaires de leur établissement.

L’ouverture de  centres communaux et de « centres éphémères de proximité » va se poursuivre  les prochains jours. Des équipes mobiles viendront en appui des centres de vaccination et pourront se déplacer au domicile si besoin en lien avec les CCASCentre communal d'action socialeLes modalités de prise de RV dans les centres de vaccination pour les personnes prioritaires et résidentes en Guadeloupe et dans les îles du nord sont :

-          Une inscription via son médecin traitant ;

-          Une inscription en ligne via internet, via les plateformes de e-RDV choisies par ces centres de vaccination, sur le site de Santé.fr ;

-          Une inscription via un numéro d’appel unique pour notre région (Guadeloupe et îles du Nord) sur la plateforme dédiée au public et aux professionnels « TAP/RIPOSTE COVID 19 » au 05 90 99 14 74 du lundi au dimanche de 8H à 17H.

 La plateforme TAP/RIPOSTE COVID-19 toujours à l’écoute au 05 90 99 14 74.Si vous souhaitez vous faire vacciner, que vous répondez aux critères ou que vous êtes médecins volontaires nous recensons vos demandes.

 Ne laissons pas une nouvelle vague de l’épidémie se développer sur notre territoire!

 

 

Un numéro vert 0 800 130 000 pour répondre à l'ensemble de vos questions

l'appel  est gratuit et accessible 24h/24, 7j/7.

 

Se protéger et protéger les autres : les gestes barrières

  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser et éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Éviter de se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres
  • En complément de ces gestes, porter un masque quand la distance de 2 mètres ne peut pas être respectée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'affiche des gestes barrières

Les informations essentielles sur le masque grand public

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Pour tout savoir sur le masque grand public, consultez la FAQ du Gouvernement en cliquant ici .

Retour au dossier spécial "Coronavirus"