COVID-19 : Point de situation hebdomadaire au 13 juin 2021 et recommandations

 
 
COVID-19 : Point de situation hebdomadaire au 13 juin 2021 et recommandations

Point de situation en Guadeloupe du lundi 7 au dimanche 13 juin 2021 (semaine 23) : poursuite de la diminution de la circulation virale. Détection des premiers cas de variant DELTA (variant indien) dans les Antilles françaises. L’activité hospitalière en réanimation reste encore importante.

Le nombre de nouveaux cas dépistés continue à baisser. Le service de réanimation du CHU reste cependant sous tension notamment en raison de l’aide apportée à Saint-Martin.

Epidémiologie :

Pour la semaine du 7 juin 2021 au 13 juin 2021 (semaine 23), le nombre de nouveaux cas positifs dépistés sur le territoire est de 120 (source SI-DEP ARS, personnes testées en Guadeloupe) contre 173 (données consolidées) pour la semaine 22.  139 cas positifs au total sont comptabilisés par Santé publique France qui intègre dans ses chiffres les personnes ayant une résidence principale en Guadeloupe et testées aussi bien dans l’hexagone que dans notre département, chiffre en diminution par rapport à celui de la semaine 22 (185 en données consolidées). Ces résidents guadeloupéens, du fait de la détection de leur positivité hors du territoire, n’ont pu rejoindre la Guadeloupe. En prenant en compte les données consolidées, cela porte à  16 752[1] , le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par tests PCR et antigéniques pour des résidents guadeloupéens ou des personnes testées localement.

En semaine 23, 4 290 tests supplémentaires (RT-PCR et test antigéniques) ont été réalisés pour des résidents guadeloupéens (faits sur le territoire et hors du territoire) versus 4 639 (données consolidées) en semaine 22. Il a été enregistré un nombre total de 216 549 analyses réalisées depuis le début de l’épidémie. L’ARS dénombre 834 tests antigéniques réalisés sur le territoire en semaine 23 contre 1 121 la semaine passée.

Le variant de type anglais (V1) reste fortement majoritaire tout comme en France Hexagonale.

Suite au retour des résultats de séquençage réalisé sur des prélèvements criblés, 6  cas porteurs du variant Delta (ou variant Indien) ont été identifiés. Ils sont tous issus d’un cluster en milieu familial élargi. Il s’agit de cas secondaires autochtones en contact avec un voyageur arrivé en Guadeloupe pour assister à des funérailles.  Les mesures d’isolement avaient été appliquées dès connaissance de la positivité des tests. de ce fait la transmission de ce variant reste priori  limité sans notion de diffusion communautaire. il s’agit des premiers cas détectés dans les Antilles françaises.

Un cas importé de retour de Saint-Martin porteur du variant californien (variant Iota) a été identifié en Guadeloupe. Aucun cas secondaire n’a été détecté parmi les contacts à risque identifiés. Il s’agit du premier cas détecté dans les Antilles françaises à ce jour.

Selon Santé publique France, au cours de la semaine 2021-23, 5 nouveaux clusters ont été enregistrés dont 1 en milieu professionnel, 3 en établissement de santé et 1 en milieu familial élargi.

[1] Données corrigées par Sp France suite à la nouvelle pseudonymisation (plus d’informations sur le site de Sp France)

Mesures barrières

 Il est important de bien comprendre que nous formons une chaine de protection et que le relâchement de certains favorise la diffusion de l’épidémie avec des conséquences lourdes pour les plus fragiles.

Le virus en mutation, présent sur notre territoire, est réputé pour sa diffusion plus rapide. Il est par conséquent encore plus important de redoubler d’attention dans l’application des gestes barrières en se tenant à 2 mètres au lieu de 1 mètre, en respectant les consignes d’isolement portées à 10 jours pour les variants et en portant des masques considérés comme plus efficaces car répondant à une norme de filtration élevée, à savoir les masques chirurgicaux ou grand public en tissu fabriqué selon la norme AFNOR SPEC S76-001 de catégorie 1.

 Une vigilance est toujours demandée aux ambulanciers et autres transporteurs des personnes malades et/ou immunodéprimées. Elles doivent être transportées seules. Le port du masque est obligatoire et les mesures d’hygiène doivent être respectées par tous.

 Hospitalisations / Décès

Le nombre de personnes admises à l’hôpital a diminué la semaine dernière. Le nombre de cas graves est toujours lié à des patients fragiles présentant des comorbidités. En cette semaine 23, d’après les données SIVIC, il y a eu 19 nouvelles hospitalisations COVID en Guadeloupe dont 11 en réanimation. Au dimanche 13 juin, selon SIVIC, 23 personnes étaient hospitalisées en réanimation COVID au CHU, 41 patients l’étaient dans les services de médecine et 39 autres en SSR. 

 Selon les données Sursaud/Oscour (exploitation Santé publique France), on comptabilise par ailleurs 15 passages aux urgences du CHU pour suspicion de COVID, 7 aux urgences du CHBT  et 1 aux urgences de la clinique des Eaux Claires. Suite à ces passages aux urgences, 15 personnes ont été hospitalisés dont 2 en réanimation.

 A ce jour, les capacités du service de réanimation des secteurs COVID et non COVID sont au-delà des places habituelles en réanimation.  Nous sommes au palier 5 du plan ORSAN avec 43 lits de réanimation activés au total (CHU et CHBT) pour faire face aux besoins de la Guadeloupe et des îles du nord. La Guadeloupe continue à bénéficier de renforts venant de la réserve sanitaire.

 Il est à noter que 3 patients COVID ont été transférés du CH de Saint-Martin vers le CHU en cette semaine 23

 Un appel à la prudence est lancé aux usagers de la route afin d’éviter la survenue d’accidents potentiellement lourds de conséquences tant au plan humain qu’au niveau de la prise en charge hospitalière étant donné l’augmentation des patients en réanimation.

4 résidents Guadeloupéens sont décédés cette semaine, dont 3 en réanimation. La moyenne d’âge de ces 3 femmes et de cet homme est  de 63 ans.

 Les personnes fragiles, de tout âge, souvent porteuses de maladies chroniques, doivent continuer à se protéger impérativement grâce aux gestes barrières mais aussi en refusant les contacts physiques (embrassades, accolades…). En cas de symptômes, ces personnes sont invitées à contacter leur médecin traitant dès les premiers signaux. N’attendez pas d’avoir des signes graves !

Les indicateurs de suivi de l’épidémie :

 L’ARS suit avec vigilance les indicateurs mis en place depuis la surveillance du déconfinement.

– Le taux d’incidence mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur 100 000 habitants sur une période d’une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 10/100 000 habitants et un seuil d’alerte à 50/100 000 habitants.

Si on considère l’ensemble des résidents en Guadeloupe entrés dans SI-DEP (données Santé publique France) le taux d’incidence est en baisse et inférieur au seuil d’alerte depuis deux semaines consécutives avec un taux de 37/100 000 habitants en S23 versus 49/100 000 en semaine 22,

Si on considère uniquement les personnes testées sur le territoire, le taux d’incidence est également en baisse mais il se maintient à un niveau élevé,  estimé en semaine 23 à 31,8/100 000 versus 45,9/100 000  en semaine 22 (Source SIDEP ARS).

 En semaine 23 et en comparaison des valeurs de la semaine 22[1] , les taux d’incidence continuent à baisser dans la plupart des zones  du territoire.

A titre d’illustration : le territoire du Nord Basse-Terre (20,6 versus 25,7), dans le Nord Grande-Terre (34,6 versus 48,5), le territoire de Cap Excellence (26,9 versus 39,9), la Riviera du Levant -hors la Désirade- (28,4 versus 31,6), et dans le Sud Basse-Terre (36,7 versus 68,1). En revanche, on observe une augmentation du taux d’incidence aux Saintes (38,8 versus 0) et à Marie-Galante (18,6 versus 0). Ces valeurs sont pour la plupart en dessous du seuil de vigilance.

[1] Les données statistiques du taux d’incidence par commune en semaine22 ont été consolidées.

Les campagnes de tests :

La campagne de dépistage en communes se poursuit. Voici la liste des prochaines communes qui accueilleront  la campagne de dépistage itinérante :

 Semaine 24 :

 Le 17/06/2021 Abymes, parking CC Milénis, 7h30-11h30

Le 18/06/2021 Pointe-à-Pitre, place de l’Hôtel de Ville, 7h30-11h30

 A venir semaine 25 :            

 Le 25/06/2021 aux Abymes, parking CC Milénis, 7h30 11h30

 D’autres communes échangent avec la Croix Rouge afin de programmer de nouveaux dépistages.

En cas de suspicion de contamination, avec ou sans symptômes, il est impératif de ne pas se déplacer au cabinet de son médecin. Il faut le joindre préalablement par téléphone, ou en cas d’absence, contacter l’association de garde médicale ADGUPS au 05 90 90 13 13.

Point vaccination:  

La campagne de dépistage en communes se poursuit. Voici la liste des prochaines communes qui accueilleront  la campagne de dépistage itinérante :

  • Semaine 24 :

 Le 17/06/2021 Abymes, parking CC Milénis, 7h30-11h30

Le 18/06/2021 Pointe-à-Pitre, place de l’Hôtel de Ville, 7h30-11h30

 A venir semaine 25 : 

Le 25/06/2021 aux Abymes, parking CC Milénis, 7h30 11h30

 D’autres communes échangent avec la Croix Rouge afin de programmer de nouveaux dépistages.

En cas de suspicion de contamination, avec ou sans symptômes, il est impératif de ne pas se déplacer au cabinet de son médecin. Il faut le joindre préalablement par téléphone, ou en cas d’absence, contacter l’association de garde médicale ADGUPS au 05 90 90 13 13.

Information sur le QR Code

Toute personne vaccinée contre le COVID peut obtenir son attestation papier de vaccination dans laquelle est insérée le QR Code nécessaire pour la constitution du pass sanitaire en France à partir du 9 juin :

-          soit en la réclamant après sa vaccination en centre ou auprès du médecin ou du pharmacien.,

-          soit en la téléchargeant en format PDF à partir du site Ameli.fr (https://attestation-vaccin.ameli.fr ) ; vous pouvez ainsi l’imprimer, l’enregistrer sur votre téléphone ou l’intégrer dans l’application mobile TOUS ANTI COVID que vous aurez téléchargée préalablement.

 Il suffira de flasher de QR code situé sur le côté droit de l’attestation et celle-ci sera automatiquement conservée dans l’application mobile TOUS ANTI COVID.

Elle pourra servir de preuve officielle de vaccination dans les lieux où elle est demandée (manifestations, grands rassemblements par exemple)

Si vous avez la preuve de votre vaccination et que vous n’êtes pas encore en possession de cette attestation (ou  n’arrivez pas à l’obtenir via Ameli.fr), vous pourrez profiter d’une consultation chez votre médecin pour lui demander de vérifier que votre nom figure bien dans l’application VACCIN COVID à laquelle il a accès et, à défaut, lui demander de procéder à votre inscription sur la base de votre carnet de vaccination. Cette solution exceptionnelle vous permettra d’avoir  votre QR code sur l’attestation papier qu’il va vous remettre.

La vaccination des adolescents :

La vaccination est élargie depuis le mardi 15 juin  à tous les jeunes de 12 à 18 ans en France et singulièrement en Guadeloupe et dans les îles du nord, sous réserve du recueil de l’autorisation parentale et du consentement du mineur.

Les données cliniques et épidémiologiques analysées par la haute autorité de santé (HAS) concluent à l’efficacité du vaccin Pfizer contre les cas de COVID-19 symptomatiques et sa bonne tolérance dans la population des adolescents de 12 ans et plus.  

La vaccination des jeunes de 12 à 18 ans est recommandée pour les deux raisons suivantes :

-          en priorité chez les adolescents présentant une co-morbidité ou chez les adolescents appartenant à l’entourage d’une personne vulnérable ou immunodéprimée

-          chez les adolescents sans comorbidité pour sa contribution à l’obtention de l’immunité collective et la protection de tous face au virus.

 Le vaccin PFIZER est à ce jour, le seul autorisé pour la vaccination des moins de 18 ans. Leur vaccination est donc accessible en centre de vaccination sur notre territoire.

Le mineur doit être accompagné d’un adulte. Il lui est demandé la présentation de la carte vitale d’un de ses parents ou une attestation de droit mentionnant le numéro de sécurité sociale du parent auquel le jeune est rattaché.

Le vaccinateur recueille l’autorisation parentale remplie et signée, ainsi que le consentement oral du jeune pendant l’entretien préparatoire à la vaccination.

A noter que le formulaire d’autorisation parentale disponible en ligne peut également être remis à l’arrivée en centre. 

 Au mardi 15 juin:

91 885 injections cumulées en semaine 23 en Guadeloupeversus 83 982 en semaine 22, soit :

Pfizer : 87 088 injections dont  56 067 1ères injections

Astrazeneca : 4 185 injections dont 3 353 1ères injections et 832 2ièmes injections

Moderna : 612 injections dont 555 1ères injections et 57 2ièmes injections

52 adolescents de 12 à 17 ans ont été vaccinés à ce jour

Taux de couverture vaccinale (au moins une injection) des personnes de plus de 18 ans :

-       Guadeloupe : 20,41 %     

-       Saint-Martin : 27,35 %   

-       Saint-Barth : 60,76 %     

 Les centres de vaccination ont des difficultés techniques pour remplir le SI VAC national. C’est pourquoi le taux de vaccination pour la zone de la Guadeloupe et des îles du nord apparait dans les statistiques nationales comme étant très faible. La Plateforme RIPOSTE continue à recueillir cependant tous les jours les remontées des centres de vaccination et les rapporte au ministère de la santé pour la gestion des allocations de doses. Le rattrapage des entrées dans SI VAC est en cours grâce à l’appui de RIPOSTE auprès des centres de vaccination et de la CGSS.

La liste des centres de vaccination se complète. Il est à noter l’ouverture récente de la maison de santé pluri professionnelle (MSP)  « le Souffle du Nord » à Port-Louis à la vaccination par le vaccin MODERNA :

-          Centre Hospitalier de Sainte-Marie à Marie Galante,

-          Centre Hospitalier de Capesterre Belle Eau,

-          Centre Hospitalier de la Basse-Terre,

-          Centre éphémère du Carmel à  Basse-Terre,

-          Centre Hospitalier Universitaire de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre,

-          Centre Hospitalier Louis-Constant Fleming à Saint-Martin

-          Centre éphémère de Deshaies, 

-          Centre éphémère de Vieux-Habitants

-          Centre Hospitalier de Bruyn à Saint-Barthélemy

-          Centre médico-social de Saint-Barthélemy

-          Centre de vaccination de Baie-Mahault

-          Centre de vaccination du Moule

-          Centre de vaccination de Morne-À-L’eau

-          Centre de vaccination de l’Institut Pasteur de Guadeloupe à Pointe à Pitre délocalisé au stade Paul Chonchon à Bergevin, ouvert le samedi.

-          Centre de vaccination de l’URPS médecins libéraux à la maison médicale de garde de Chauvel depuis le 20 avril : la vaccination des personnes se fait sur inscription, par leurs médecins traitants

-          Vaccinodrome : Centre de vaccination de grande capacité à l’aéroport Pôle Caraïbes dont l’activité est encadrée par un multi partenariat entre l’Etat, l’ARS, le SDIS et le CHUG, ouvert tous les jours, du lundi au dimanche de 8h à 18h.

 Des équipes mobiles viennent en appui des centres de vaccination et peuvent se déplacer au domicile si besoin en lien avec les CCAS.  

Les modalités de prise de RV dans les centres de vaccination pour les personnes prioritaires et résidentes en Guadeloupe et dans les îles du nord sont :

-          Une inscription via son médecin traitant ;

-          Une inscription en ligne via internet, via les plateformes de RDV choisies par ces centres de vaccination, sur le site de Sante.fr ;

-          Une inscription via un numéro d’appel unique pour notre région (Guadeloupe et îles du Nord) sur la plateforme dédiée au public et aux professionnels « TAP/RIPOSTE COVID 19 » au 05 90 99 14 74 du lundi au dimanche de 8H à 17H.

 Le dispositif « aller vers » est mis en œuvre également en Guadeloupe : sur appel téléphonique les personnes de plus de 75 ans se voient proposer des rendez-vous de vaccination prioritairement dans les centres de vaccination.  Ce dispositif est amené à évoluer selon plusieurs orientations dans les prochaines semaines.

La plateforme TAP/RIPOSTE COVID-19 toujours à l’écoute au 05 90 99 14 74. Si vous souhaitez vous faire vacciner, que vous répondez aux critères ou que vous êtes médecins volontaires nous recensons vos demandes.

 

Stoppons ensemble la troisième vague en renforçant nos efforts collectifs. Tenons ensemble

Au moindre signe clinique suspect d’infection par le virus SARSCoV-2,

ISOLONS-NOUS en attendant un avis médical

[1] Données corrigées par Sp France suite à la nouvelle pseudonymisation (plus d’informations sur le site de Sp France)

[2] Les données statistiques du taux d’incidence par commune en semaine 20 ont été consolidées.

Un numéro vert 0 800 130 000 pour répondre à l'ensemble de vos questions

l'appel  est gratuit et accessible 24h/24, 7j/7.

 

Se protéger et protéger les autres : les gestes barrières

  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser et éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Éviter de se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres
  • En complément de ces gestes, porter un masque quand la distance de 2 mètres ne peut pas être respectée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'affiche des gestes barrières

Les informations essentielles sur le masque grand public

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Pour tout savoir sur le masque grand public, consultez la FAQ du Gouvernement en cliquant ici .

Retour au dossier spécial "Coronavirus"