COVID-19 : Point de situation du 3 août 2022 et recommandations

 
 
COVID-19 : Point de situation du 3 août 2022 et recommandations

Face au COVID-19, chacun doit se protéger et protéger les autres. Retrouvez ci-après les recommandations sanitaires des autorités et le point de situation au 3 août 2022.

 

La régression des nouvelles contaminations se poursuit mais la circulation virale reste très active. Présence constante en Guadeloupe des sous-lignages BA.4 et BA.5 d’OMICRON.

Les taux de positivité et d’incidence baissent et sont respectivement à 11 % et à 561,2 /100 000 habitants selon les données SIDEP ARSAgence Régionale de Santé. Le R effectif est de 0,71.

Les 1er et 2 août (semaine 31), 586 nouvelles contaminations ont été enregistrées (contre 885 le mardi 26 juillet) parmi les 5 041 personnes testées ; ce qui porte à 11,6 % le taux de positivité pour ces deux journées.

Il faut continuer à appliquer toutes les mesures barrières et par ce geste, protéger les personnes fragiles de cette infection virale.

Les directeurs d’établissements conservent la faculté de rendre obligatoire le port du masque pour les personnes d’au moins 6 ans, dans les lieux de soins dont ils ont la responsabilité (hôpitaux, structures et établissements médico-sociaux, pharmacies, cabinets médicaux, laboratoires).

Il est essentiel que les personnes les plus fragiles se vaccinent rapidement pour éviter les formes graves en se rapprochant de leurs professionnels de santé (médecins, pharmaciens…)

Recommandations du fait du niveau élevé de la circulation virale:

  • Il est fortement recommandé de maintenir les gestes barrières
  • Compte tenu de la grande fragilité des personnes accueillies dans les établissements de santé et médico-sociaux, le Ministre de la Santé et de la Prévention recommande fortement aux directeurs d’établissements de rendre le port du masque obligatoire dans la période, sauf situation particulière.
  • Cette obligation de port du masque peut aussi être mise en œuvre dans les cabinets médicaux, pharmacies d’officine, laboratoires d’analyses de biologie médicale.
  • En cas de soupçon ou de symptômes, il est demandé de pratiquer un test de dépistage et de s’isoler. Les tests PCR et antigéniques demeurent gratuits en Guadeloupe à cet effet ;
  • Enfin, la vaccination permet de se protéger et de protéger les autres. Couplé avec les mesures barrières, le vaccin est la seule solution permettant de maîtriser l’impact de l’épidémie de la Covid-19 sur le long terme. Les centres de vaccination et l’offre de vaccination en ville demeurent accessibles à tous.

Les indicateurs de suivi de l’épidémie sur la semaine 30 :

Les contaminations :

Le nombre de nouveaux cas positifs dépistés sur le territoire diminue. Il est de 2 115 contre 3 142 pour la semaine 29 (soit 1027 de moins). 19 167 personnes s’étaient fait tester à la fin de cette semaine 30.

2 211 cas positifs au total sont comptabilisés par Santé publique France (personnes ayant une résidence principale en Guadeloupe et testées aussi bien dans l’hexagone que dans notre département), versus 3 425 cas en semaine 29.

Les tests :

L’ARSAgence Régionale de Santé dénombre 18 154 tests antigéniques réalisés sur le territoire, contre 17 008 la semaine passée.

Le variant Omicron circule de façon exclusive aux Antilles depuis le début d’année 2022. Plusieurs sous-lignages se sont succédés (BA.1 en fin 2021 puis BA.2 depuis mars 2022). Ces dernières semaines, d’autres sous-lignages du variant Omicron, le BA.4 et BA.5 ont été identifiés en Guadeloupe par séquençage génomique fin mai et début juin.

Le sous lignage BA.5 a été identifié pour la première fois en Guadeloupe sur 2 prélèvements séquencés en S21. Il est depuis régulièrement retrouvé sur les prélèvements. Pour rappel, le sous-lignage BA.4 non identifié depuis le S20 a été détecté sur un prélèvement séquencé en S26. En S28 , seul le sous-lignage BA.5 a été identifié sur 3 prélèvements séquencés (données en cours de consolidations).

Le R effectif sur les sept jours glissants du 24 au 30 juillet 2022 était de 0,71 (baisse).

Le taux d’incidence

Le taux d’incidence de la semaine 30 diminue mais reste très au-dessus du seuil d’alerte pour les deux sources de données.

Il est à 561,2 /100 000 habitants versus 833,7 /100 000 la semaine dernière (Source SIDEP ARSAgence Régionale de Santé) si on considère uniquement les personnes testées sur le territoire.

Sa valeur, de 593 /100 000 habitants, diminue de 35 % par rapport à la semaine précédente (918 /100 000 hab.) si on considère l’ensemble des résidents en Guadeloupe entrés dans SI-DEP (données Santé publique France), pour un recours au dépistage en légère diminution de 8 %.

Selon Santé Publique France, en S30le taux d’incidence diminuait dans toutes les classes d’âge avec une variation allant de −46 % à −17 %. Le taux d’incidence le plus élevé était enregistré chez les 20 à 29 ans (796/100 000 hab.), en diminution de 32 % par rapport à la semaine précédente (1 162/100 000 hab.). Il était suivi des 30 à 39 ans (765/100 000 hab.) également en diminution par rapport à la S29 (−38 %). Les taux d’incidence les plus bas étaient observés chez les 0 à 9 ans (136/100 000 hab.) et chez les 10 à 19 ans (336/100 000 hab.).

Le taux de positivité

Le taux de positivité perd environ 6,5 points de pourcentage pour les deux sources de données et tend à se rapprocher du seuil d’alerte en semaine 30.

Sa valeur affichée est de 11 % contre 17,5 % en semaine 29 pour ce qui concerne les tests réalisés en Guadeloupe (données SIDEP ARSAgence Régionale de Santé).

Le TP est de 14,7 %, en diminution de 6,4 points de pourcentage par rapport à la semaine précédente où il était de 21,1 % pour les tests réalisés pour les résidents de Guadeloupe quel que soit le lieu de prélèvement (données Santé publique France).

Les clusters

4 clusters ont été déclarés en semaine 30, soit : 3 en établissements de santé, 1 en EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes.Ce qui porte à 8 le nombre de clusters suivis aujourd’hui en Guadeloupe (1 en cours d’investigation et 7 maîtrisés).

Les hospitalisations

À l’hôpital, les passages aux urgences ainsi que les nouvelles entrées en hospitalisation tous services confondus diminuaient par rapport à la semaine précédente.

En S30, le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid 19 diminuait par rapport à la S29 (56 vs 78). Selon SIVIC, le nombre de nouvelles admissions pour COVID, en hospitalisation tous services confondus diminuait également avec 29 entrées en S30 versus 49 en S29. La tendance était également la même en réanimation/SI avec  4 entrées en S30 vs 9 en S29 données en cours de consolidations).

Les capacités des services de réanimation sont temporairement ramenées à 41 lits de réanimation activés (36 au CHUG, 5 au CHBT).

Au soir du 2 août :

  • 51 patients COVID sont hospitalisés en médecine conventionnelle et 3 enfants en pédiatrie (dont 1 au CHBT)
  • 26 patients sont hospitalisés en réanimation : 4 se trouvent en réa COVID (3 au CHUG et 1 au CHBT) et 22 sont hospitalisés en réa non COVID (soit 4 au CHBT et 18 au CHUG).
  • 64 se trouvent sous oxygène à domicile (stable)

Décès :

Selon les données SIVIC en semaine 30, 4 patients sont décédés avec le COVID au CHUG ; ils étaient en service de réanimation. Il s’agit de 2 hommes et 2 femmes âgés de 56 à 71 ans. L’âge moyen des décès est de 66 ans.

Point sur l’obligation vaccinale :

L’obligation vaccinale des professionnels de santé reste maintenue, car il s’agit d’un enjeu de santé publique qui va au-delà du pic épidémique que nous avons connu. Cette obligation doit protéger durablement les personnes les plus fragiles prises en charge dans nos établissements de santé et médico-sociaux.

Depuis le 30 janvier 2022, la dose de rappel est intégrée dans l’obligation vaccinale applicable aux personnels exerçant dans les secteurs sanitaire et médico-social. Un schéma valide standard comporte par conséquent 2 injections espacées de 3 à 7 semaines suivies d’1 dose de rappel dans le délai de 4 mois suivant la 2ème injection

À noter que le 2ᵉ rappel qui est étendu aux professionnels de santé qui le souhaitent, ne rentre pas dans le champ de l’obligation vaccinale.

Vaccination Population générale : 384 869 injections en date du 02/08/2022

 Taux de couverture vaccinale des personnes de plus de 12 ans en Guadeloupe:

  • 1ʳᵉ dose : 45,95 %
  • 2ᵉ dose : 43,79 %
  • 3ᵉ dose : 26,39 %

8 481 adolescentsde 12 à 17 ansont reçu la 1ʳᵉinjection et 8 045ont reçu la 2è injection à ce jour en Guadeloupe.

295 premières doses de vaccination et 220 deuxièmes doses ont été enregistrées en Guadeloupe chez les enfants de 5 à 11 ans.

323 premières doses de Novavax et 174 deuxièmes doses réalisées.

Les données fournies par la HAS et le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, montrent que l’immunité octroyée par la vaccination contre le Covid-19 diminue au bout de quelques mois, y compris après le premier rappel, et cette diminution est plus rapide après 60 ans.

C’est pourquoi, il est important que les professionnels de santé puissent proposer à leurs patients et usagers de plus de 60 ans, un second rappel à partir de 6 mois après le premier (pour les 60/79 ans) ou à partir de 3 mois (pour les plus de 80 ans et les personnes sévèrement immunodéprimées, quel que soit leur âge).

Le 2 rappel est étendu depuis le 20 juillet 2022 aux adultes de 18 à 60 ans identifiés comme étant à risques de formes graves, aux femmes enceintes dès le 1er trimestre de leur grossesse, aux personnes vivant dans l’entourage ou au contact régulier de personnes vulnérables. 

Ce 2e rappel concerne également depuis le 26 juillet tous les professionnels de santé qui le souhaitent. Il est administré à partir de 6 mois après le 1er rappel en respectant, en cas d’infection survenue après le 1er rappel, un délai de 3 mois.

Informations utiles

Pour mettre à jour son attestation de vaccination et obtenir un passe sanitaire

(référence site ameli.fr)

Certaines personnes n’arrivent pas à mettre à jour leur attestation de vaccination pour bénéficier d’un passe sanitaire à durée illimitée, comment faire pour y remédier ?

Qui est concerné ?

Il s’agit des personnes qui ont reçu une dose de vaccin avant ou après une infection au Covid-19 puis une dose de rappel avant le 1er février 2022.

Leur attestation de vaccination devrait comporter la mention « 2/1 » mais elle indique toujours la mention « 2/2 » malgré la mise à jour du document.

Comment obtenir une attestation en bonne et due forme comportant la mention 2/1 ?

Dans un premier temps, il faut bien s’assurer d’avoir téléchargé une nouvelle attestation après le 1er février (sur https://attestation-vaccin.ameli.fr/   ) . Si tel est le cas et que l’attestation mentionne toujours « 2/2 », il faut s’adresser à un professionnel de santé, de préférence celui qui a procédé à la vaccination, pour qu’il  fasse les corrections nécessaires et récupérer le certificat avec le bon code. Il faut penser à lui apporter le certificat de rétablissement (A récupérer sur le portail SI-DEP (htpps://sidep.gouv.fr ) qui prouve l’infection au Covid-19. 

 

Dès que la correction est apportée, vous pourrez également télécharger la nouvelle attestation de vaccination avec la mention « 2/1 » à partir :

du compte ameli  ;

  • ou via le téléservice https://attestation-vaccin.ameli.fr/

Où se faire vacciner ?

Les centres de vaccinations Pôle Caraïbe, Vieux-Habitants, Carmel et le vélodrome de Gourdeliane sont fermés. La vaccination se poursuit dans les autres centres et auprès des professionnels de santé libéraux.

Pour la commune de Deshaies, les vaccinations sont faites désormais au sein du cabinet du Dr DESSY, rue de la liberté (derrière la pharmacie du Bourg) chaque vendredi de 14 h à 16 h

La liste et les plages d’ouverture des centres de vaccination sont disponibles sur le site Internet de l’ARSAgence Régionale de Santé.

La vaccination par le vaccin NOVAVAX est possible dans les centres de vaccination et chez votre professionnel de santé s’il en a fait la demande.

Pour les enfants de 5 à 11 ans

  • le CHBT via les numéros 0590 80 54 57 (CHBT) ou 0590 99 14 74 (Riposte) pour une séance le mercredi après-midi ;
  • le CHU en téléphonant au 0590 89 14 90 ; la vaccination est possible de 9 h à 12 h sur le pôle parents-enfants de Palais Royal ;
  • Le centre de vaccination de l’URPS qui se trouve au sein de la maison médicale de garde de Chauvel le mercredi de 14 h à 17 h, sur rendez-vous pris à Riposte au 0590 99 14 74
  • Le CH de Marie-Galante, le jour retenu dépend du nombre de RDV pris au 0590 97 73 85
  • Le CH de Saint-Martin qui accueille les enfants le mercredi après-midi

La plateforme TAP/RIPOSTE COVID-19 est toujours à l’écoute au 05 90 99 14 74. Si vous souhaitez vous faire vacciner ou si vous êtes médecins, infirmiers volontaires, nous recensons vos demandes. Numéro d’appel dédié : 05 90 44 62 20. Les patients qui ont un soignant en arrêt provisoire ou définitif de son activité de ville peuvent joindre cette cellule. Les opérateurs les guideront et les orienteront vers des professionnels de santé de ville en activité dans leur zone géographique afin d’éviter ainsi des ruptures de soins.

En cas de suspicion de COVID, contactez votre médecin traitant  ou l’ADGUPS (tél : 0590 90 13 13) pour avoir un médecin généraliste ou bien le SAMUService d'Aide Médicale Urgente (faire le 15).

  • Renforçons tous notre vigilance. Respectons les gestes barrières.
  • Ne lâchons rien.
  • Au moindre symptôme, isolons-nous et faisons nous tester
  • Si nous sommes personnes contact à risque, faisons-nous tester
  • La seule protection connue à ce jour contre le COVID est la VACCINATION

 

Se protéger et protéger les autres : les gestes barrières

  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser et éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Éviter de se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres
  • En complément de ces gestes, porter un masque quand la distance de 2 mètres ne peut pas être respectée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'affiche des gestes barrières

Les informations essentielles sur le masque grand public

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Pour tout savoir sur le masque grand public, consultez la FAQ du Gouvernement en cliquant ici .

Retour au dossier spécial "Coronavirus"