Le préfet mobilise les services de l'État pour la saison cyclonique 2021

 
 
Le préfet mobilise les services de l'État pour la saison cyclonique 2021

Le préfet de la Guadeloupe a invité les services de l’État, opérateurs et associations de sécurité civile pour parfaire la préparation de la saison cyclonique qui commence.

 

Dans  le  contexte  de  la  crise  sanitaire  actuelle  et  en ce  début  de  saison  cyclonique,  le  préfet  de  la  région Guadeloupe a réuni ce  jour  en  visioconférence  ses services,  les  opérateurs  et  les  associations  agréées  de sécurité civile afin de faire le bilan de l’année 2020 et préparer la saison 2021.
 

ide20210610_144342

Lors de cette réunion, Météo France a dressé un bilan des phénomènes météorologiques 2020 et a présenté les prévisions de l’activité cyclonique pour 2021 ainsi que la nouvelle vigilance vagues-submersion.

Le  service  interministériel  de  défense  et  de  protection  civile  (SIDPCService Interministériel de Défense et de Protection Civiles) est  revenu sur  l’exercice  ZITA  du  11 mai 2021  pour  en  tirer  tous  les  enseignements  nécessaires  aux  fins  d’une  préparation  optimale  en  ce  début  de saison  cyclonique. 
Il a rappelé le  dispositif  d’organisation  de  la  réponse  de  sécurité  civile  (plan  ORSEC)  ainsi que  les consignes  individuelles  et  collectives  à observer  selon  les  niveaux  de  vigilance de l’évènement cyclonique.
Une seconde réunion se tiendra le 8 juillet, après la période de réserve électorale, à laquelle seront conviées les collectivités territoriales, acteurs et partenaires majeurs de cette nouvelle saison cyclonique.

Une nouvelle vigilance pour les dangers de la mer à la côte à partir du mois de juillet

Dans le cadre de sa mission de sécurité des personnes et des biens, Météo-France assure la surveillance et la prévision des états de mer au travers des procédures de vigilance cyclonique et de vigilance « mer dangereuse à la côte » qui devient "vague - submersion".

- Pourquoi une nouvelle vigilance ?

  En février 2010, sur les côtes de la Charente-Maritime, la tempête Xynthia provoqua une surcote du niveau marin en concomitance d’une pleine mer d’une marée astronomique de coefficient de 102 et fut à l’origine de lourdes conséquences humaines du fait d’une submersion marine sans précédent.

 Aux Antilles, où la marée astronomique est faible, les principales variations du niveau marin résultent de la conjugaison de deux grands phénomènes :

> la surcote (ou décote) qui est la différence entre le niveau marin moyen réellement observé et le niveau de la marée astronomique
> les vagues (et la houle), phénomène oscillatoire de courte période (1 à 30 secondes) généré par le vent.

Jusque là, la vigilance « mer dangereuse à la côte » ne traitait pas les risques de submersion du littoral.

 Ainsi, à compter du mois de juillet 2021, la vigilance « mer dangereuse à la côte » devient la vigilance « vagues-submersion » (VVS) afin de prévenir des risques côtiers dus au vagues (et à la houle) et du risque d’une inondation du littoral qui peut être sévère et rapide.

 Le littoral est découpé en plusieurs zones pouvant être à un stade différent de vigilance selon le danger. Il s’agit de la première vigilance infra-départementale impliquant l’archipel guadeloupéen.

Sans titre

Les dangers

Ces deux phénomènes (vagues et submersion), lorsqu'ils sont simultanés, sont particulièrement destructeurs.

 * En cas de submersion, les voies de communication, les habitations, les zones d'activités peuvent être inondées et endommagées en quelques heures, voire moins, même à plusieurs kilomètres du littoral.
* Les vagues peuvent transporter des objets ou matériaux (notamment des galets) et en faire des projectiles susceptibles de blesser des personnes ou d’endommager des biens.

 * Les objets non correctement arrimés peuvent être emportés.

 * Les bateaux, même amarrés au ponton dans les ports, peuvent être soulevés et emportés sur la terre ferme.

 * A proximité des estuaires, l'écoulement des cours d'eau peut également être ralenti voire stoppé, ce qui génère alors des débordements.

 * Les dégâts peuvent être aggravés en cas de violentes rafales de vent, fortes pluies, ruptures de digues.

* Les dommages aux personnes et aux biens provoqués par les vagues et les submersions dépendent donc de facteurs naturels mais également de l'implantation des activités humaines (occupation des sols). Ils peuvent être réduits grâce à des mesures de protection (digues, jetées, dunes) et de prévention (restriction sur les aménagements en zone exposée, information, préparation...).

 L’information à la population

Le directeur de cabinet avec le service interministériel de défense et de protection civiles (SIDPC) ont ensuite rappelé les dispositions du plan ORSEC (organisation de la réponse de sécurité civile) : mesures individuelles et collectives de protection de la population, consignes de préparation, attitudes et comportements pendant et après le passage du phénomène...

Retrouvez ces mesures, en fonction des couleurs en cliquant ici

L’alerte à la population est une compétence partagée entre l’État et les collectivités. Des procédures spécifiques sont appliquées par la préfecture pour alerter les collectivités (SMS, mails, fax, téléphones, voire téléphones satellitaires) qui elles-mêmes répercutent l’information à la population selon des schémas prévus par les plans communaux de sauvegarde (PCS).

Affiches et dépliants d’information

Comme pour les saisons précédentes, des documents d’information grand public déclinés en affiches et dépliants ont été réalisés par le service communication de la préfecture de la Guadeloupe.

Imprimés en 20 000 exemplaires pour le dépliant et 1300 exemplaires pour l’affiche, ces documents seront remis à chaque collectivité et aux services de l’État qui accueillent du public, dans les tous premiers jours de juillet.

L’objectif est de diffuser largement auprès de la population le double message : « Préparez-vous et protégez-vous », avec une synthèse des consignes de sécurité ORSEC à retenir et les conseils de base pour se préparer.

Affiches et flyers sont téléchargeables ICI

Cinq spots radios en cas d'alerte cyclonique

La préfecture de la Guadeloupe met également à disposition des radios de l’archipel cinq spots d’alerte cyclonique. Identifiés par un jingle spécifique, ils ont pour objet de rappeler à la population les consignes de sécurité à suivre en fonction de la couleur de l'alerte en cours : jaune, orange, rouge, violet ou gris. Ces spots sont enregistrés en français et en créole.
Ils conviennent en priorité à la radio, première source d’information lorsque les réseaux ne fonctionnent plus, mais ils sont également proposés aux TV et diffusés sur les réseaux sociaux de la préfecture, au fur et à mesure des alertes.
Les spots sont téléchargeables ICI

> DP Saison cyclonique 2021-compressé - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,33 Mb

Accédez au dossier spécial Saison Cyclonique sur le site de la préfecture en cliquant ICI