COVID-19 : point de situation hebdomadaire au 22 novembre 2020 et recommandations

 
 
COVID-19 : point de situation hebdomadaire au 22 novembre 2020 et recommandations

Face au COVID-19, chacun doit se protéger et protéger les autres. Retrouvez ci-après les recommandations sanitaires des autorités et le point de situation journalier sur l'évolution du virus en Guadeloupe.

> 102 nouveaux cas supplémentaires confirmés ont été enregistrés pour la semaine du 16 au 22 novembre 2020. Le nombre de cas positifs sur la période a légèrement baissé. Cela porte à 8 344  le nombre de cas cumulés de coronavirus confirmés par tests PCR en Guadeloupe : le système d’informations a actualisé le nombre total de cas enregistrés les semaines précédentes.

La circulation du virus reste active sur notre territoire. La vulnérabilité de notre territoire se situe toujours à un niveau « élevé ».

> Sur cette période, 1 578 tests supplémentaires ont été réalisés grâce aux campagnes en commune, aux laboratoires et aux hôpitaux, avec un nombre total de 73 790 tests réalisés.

Le nombre de cas positifs sur la période a légèrement baissé.

> Sur les 7 derniers jours, 2 nouveaux clusters sont en cours d'investigation en Guadeloupe.
Une vigilance toute particulière est toujours demandée aux ambulanciers et autres transporteurs des personnes malades et/ou immunodéprimées qui doivent être transportées seules. Le port du masque est obligatoire et les mesures d’hygiène doivent être respectées par tous.
Le nombre de personnes admises à l’hôpital se stabilise. L’activité hospitalière1 est stable avec 11 (8 adultes et 3 enfants) nouvelles admissions au CHUG dont 1 entrée directe en réanimation.

Au dimanche 22 novembre, il y avait 9 personnes COVID + hospitalisées dans le service de réanimation du CHUG et 44 dans les services de médecine des établissements (CHBT, CHUG, Marie Galante, CH Beauperthuy, CH de Capesterre-Belle-Eau et CMS). Il est à noter que 6 patients sont sortis du CHUG et retournés à leur domicile. Il est à noter que 6 patients sont sortis du CHUG et retournés à leur domicile.

Sur la période, nous déplorons 3 nouveaux décès (3 femmes) dans les établissements de santé ayant tous pour point commun la présence de comorbidités liées à des maladies chroniques. La moyenne d’âge pour les femmes est de 71 ans. Avec les mises à jour de la base nationale (SIDEP), nous enregistrons 2 décès supplémentaires qui sont intervenus en semaine 45 pour l’un et S 37 pour l’autre. Ce qui, depuis le début de l’épidémie porte le nombre de décès de résidents de la Guadeloupe à 149 au total dans les établissements de santé.

Nos seniors sont particulièrement vulnérables et exposés aux formes graves de la maladie. Restons tous particulièrement vigilants lorsque nous leur rendons visite, que ce soit à leur domicile, ou dans les EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes afin de continuer à faire baisser ces taux.
Les personnes fragiles, de tout âge, souvent porteuses de maladies chroniques, doivent se protéger impérativement grâce aux gestes barrières mais aussi en refusant les contacts physiques (embrassades, accolades…). En cas de symptômes, ces personnes sont invitées à contacter leur médecin traitant dès les premiers signaux. N’attendez pas d’avoir des signes graves !

L’ARSAgence Régionale de Santé suit avec vigilance les indicateurs mis en place depuis la surveillance du déconfinement :
> Le taux d’incidence qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 sur 100 000 habitants sur une période d’une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 10/100 000 habitants et un seuil d’alerte à 50/100 000 habitants. Un taux d’incidence élevé traduit le développement de clusters ou une circulation virale active. La Guadeloupe est en dessous du seuil d’alerte et reste au-dessus du seuil de vigilance, avec un taux de 27,06 / 100 000 habitants versus 34,49/100 000 habitants en semaine 46.

Le taux d’incidence des 65 ans et plus a diminué, il est (28,35 pour 100 000 habitants). Le taux d’incidence le plus élevé observé cette semaine concerne les 15/45 ans (36,69 pour 100 000 habitants).

> Le taux de positivité qui mesure le nombre de personnes positives à la Covid-19 / le nombre de tests réalisés sur une semaine. Deux seuils sont fixés, un seuil de vigilance à 5 % et un seuil d’alerte à 10 %. Le taux de positivité à 6,96 % a baissé par rapport à la semaine dernière (8,09%) mais reste au-dessus du seuil de vigilance.

> Le facteur de reproduction effectif du virus (R) représente le nombre moyen de personnes qu’une personne infectée peut contaminer. La variation du R dépend du comportement de chacun et chacune d’entre nous. Il est toujours inférieur à 1, soit 0,68 avec une valeur significative.

La campagne de dépistage en communes se poursuit. Les prochaines dates pour l’organisation des dépistages en commune sont :

- Vendredi 27 novembre 2020 : Le Moule maison de quartier à Guenette - 7h30-11h30

- Lundi 30 novembre 2020 : Le Moule maison de quartier à Fatima  - 7h30-11h30

D’autres communes sont en échange avec la Croix Rouge afin de programmer de nouveaux dépistages.

En cas de suspicion de contamination, avec ou sans symptômes, il est impératif de ne pas se déplacer au cabinet de son médecin, ni sur un site de la campagne de dépistage.
Il faut le joindre préalablement par téléphone, ou en cas d’absence, contacter l’association de garde médicale ADGUPS au 0590 90 13 13.

Les tests antigéniques viennent compléter le dispositif de dépistage du COVID basé jusqu’ici uniquement sur les tests RT-PCR qui restent les plus sensibles. Les tests PCR restent donc la priorité en particulier pour les personnes symptomatiques ou les cas contacts à risques. Ils restent aussi la référence pour les voyageurs. Ce n’est que si les tests RT-PCR ne sont pas disponibles dans le délai imparti que les tests antigéniques viennent compléter le dispositif pour les voyageurs. Ils sont proposés depuis début novembre aux voyageurs qui quittent Saint-Martin pour la Guadeloupe. Ces tests sont également proposés aux personnels qui exercent dans les établissements sociaux et médico-sociaux de notre archipel ; en particulier à leur retour de congés. Depuis lundi 16 novembre les tests antigéniques peuvent aussi être proposés par les médecins généralistes pour une orientation diagnostique.

La plateforme TAP/RIPOSTE COVID-19 toujours à l’écoute au 05 90 99 14 74, évolue avec une nouvelle cellule, afin de répondre au mieux à la stratégie de l’état reposant sur trois piliers Tester Alerter Protéger (TAP).
En lien avec les partenaires de l’assurance maladie (CGSS) et santé publique France elle réalise un travail d’enquête très important pour identifier les cas contacts et pour des demandes d’information sur les modalités des dépistages (difficultés pour les rendez-vous avec les laboratoires, coordonnées des centres de dépistages, planning des dépistages itinérants dans les communes, dépistage pour les vols métropole ou Antilles, mesures de prévention à mettre en place dans les entreprises et les procédures pour faire tester les salariés, les conduites à tenir pour les personnes contacts, demandes de dépistages dans les établissements publics ou privés…). La plateforme continue à traiter un nombre important d’appels et à suivre le respect des mesures d’isolement.

Pendant cette période pluvieuse, pensons à vérifier les gites larvaires à proximité de nos domiciles et de celui de nos ainés, afin de ne pas favoriser les cas de DENGUE.

1 Source SIVIC

Un numéro vert 0 800 130 000 pour répondre à l'ensemble de vos questions

l'appel  est gratuit et accessible 24h/24, 7j/7.

 

Se protéger et protéger les autres : les gestes barrières

  • Se laver régulièrement les mains
  • Tousser et éternuer dans son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Éviter de se toucher le visage
  • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
  • respecter une distance d'au moins un mètre avec les autres
  • En complément de ces gestes, porter un masque quand la distance d'un mètre ne peut pas être respectée.

Cliquez sur l'image pour télécharger l'affiche des gestes barrières

Les informations essentielles sur le masque grand public

Le port d’un masque grand public est préconisé dans certaines situations pour se protéger et protéger les autres. Il ne se substitue en aucune manière au respect des gestes barrières et des règles de distanciation sociale.

Pour tout savoir sur le masque grand public, consultez la FAQ du Gouvernement en cliquant ici .

Retour au dossier spécial "Coronavirus"