Vos questions sur la chlordécone

Les premières questions-réponses

 
 

Retrouvez ici les premières questions que vous vous posez sur la chlordécone et les réponses des services de l'Etat.

> Question : Y-a-t-il de la chlordécone dans l'eau embouteillée, issue de sources naturelles guadeloupéennes ?

> Réponse : Les limites de qualité pour l’eau de source et l’eau rendue potable par traitement(s) sont les suivantes pour les pesticides (arrêté du 14 mars 2007 modifié) :
0.1 µg/L par substance ( par substance individuelle) ;
0.03 µg/L Aldrine, dieldrine, heptachlore, heptachlorépoxyde (par substance individuelle) ;
0.5 µg/L pour la somme totale des pesticides.
Nous avons 4 productions d’eaux embouteillée en Guadeloupe :
L’eau de Matouba est une eau de source : dans le cadre du contrôle sanitaire, entre 2005 et 2018, sur les 157 prélèvements enregistrés, aucune trace de chlordécone n’a été retrouvée.
L’eau de Saint Jude est également une eau de source commercialisée depuis 2016. Les résultats d’analyses de reconnaissance et de production indiquent une absence totale de chlordécone.
L’eau de CAPES est une eau rendue potable par traitement (charbon actif). En effet, elle est traitée avant conditionnement ; dans le cadre du contrôle sanitaire, entre 2005 et 2018, sur les 180 plv effectués, nous avons retrouvé 5 non conformités à la chlordécone. En 2016 et 2017 et 2018, sur les 25 prélèvements réalisés, après traitement, nous notons une absence totale de chlordécone.
L’eau de Karuline est une eau rendue potable par traitement (charbon actif). Elle ne présente aucune valeur positive pour la chlordécone.

> Question : Comment savoir si les produits sur les marchés et au supermarché sont chlordéconés, seule la provenance vague est indiquée, pas d'analyses locales et de spécifications au delà de l’origine "Guadeloupe" ?

> Réponse : Un label permettrait  au producteur de garantir  le respect de méthodes culturales  respectueuses de l’environnement et de la santé du consommateur.
Dans l’attente de cette démarche positive, le consommateur guadeloupéen est protégé par les services de contrôles qui veillent de la production à la distribution à la bonne application de  la réglementation sur la  conformité des denrées alimentaires.