Sargasses : la bataille 2019 est lancée

 
 
Sargasses : la bataille 2019 est lancée

Face à de nouveaux échouages, en ce début d’année, le préfet de la région Guadeloupe lance la bataille 2019 contre les sargasses avec les services de l’État et les collectivités.

Chaque semaine, la mission sargasses se réunit à la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre pour faire le point sur les échouages et les opérations d’enlèvement en cours. Elle rassemble l’ensemble des services, établissements publics et agences de l’État ainsi que les collectivités locales concernées.

« La lutte contre les sargasses est un travail de longue haleine et il ne faut pas baisser les bras devant l’ampleur de la tâche, explique le préfet. Nous sommes sur des arrivages d’algues récurrents, même si en volume, ils sont, pour le moment, plus faibles que l’an passé. »

WhatsApp Image 2019-01-21 at 16.41.18
WhatsApp Image 2019-01-21 at 16.40.49
   

Ramasser les sargasses en 48h

L’occasion donc de mettre en pratique  l’objectif affiché de ramasser la plus grande partie des échouages en moins de 48 h pour qu’il n’y ait pas d’émanations de gaz toxiques, et donc pas de risque sanitaires pour la population.

 En ce début d’année, des échouages se sont produits sur l’ensemble des îles (les Saintes, Marie-Galante et la Désirade). La Riviera a été touchée ainsi que Gosier, Goyave et Petit-Bourg.

 « Partout, les équipes sont à la manœuvre, poursuit le préfet. Nous travaillons à ce que chacun soit le plus réactif possible. »

Le bulletin de dérive "Sargasses" du 22 janvier 2019 en cliquant ici

   
IMG-20190121-WA0013
IMG-20190121-WA0021 ide
   

 Des nouveaux outils sont ainsi en passe  d’être déployés comme KOBO, une application sur les portables qui permet un échange en temps réel sur les échouages et les opérations d’enlèvement, entre la cellule PULSAR et les communes impactées.

 Autre avancée, l’institution de marchés à bons de commande à l’année pour simplifier le recours, par les communes, à des moyens privés d’enlèvement. Ces dernières qui optent pour ce système n’ont plus à faire de mise en concurrence entre les prestataires, à chaque échouage. Autant de temps de gagné dans cette course contre la montre lorsque les sargasses arrivent.

Un groupe d’experts pour les barrages flottants

« Nous avons également monté un groupe spécialisé pour mener des expertises sur les barrages flottants, au sein de la mission sargasses, complète le préfet Philippe Gustin. Ces experts se déplacent sur site à la demande des communes pour  étudier la faisabilité et l’efficacité de tels moyens ».

 Des moyens mais aussi des matériels que l’État avec la Région financent aux collectivités qui en font la demande auprès de la mission sargasses, après acceptation de leur dossier. Les matériels commandés l’an passé sont ainsi en passe d’être livrés.

D’ici la mi-février, les communes impactées doivent également avoir intégré dans leur plan communal de sauvegarde les dispositions du plan départemental de lutte contre les échouages de sargasses.

 Des outils innovants, des dispositifs pour être plus réactif, des moyens et des procédures, la bataille 2019 contre les sargasses est bel et bien lancée. 

IMG-20190121-WA0025 ide