Grenelle contre les violences conjugales : les mesures en local et au national

 
 
Grenelle contre les violences conjugales : les mesures en local et au national

Le Premier Ministre a clôturé le Grenelle des violences conjugales, ce jeudi 25 novembre. Quelques jours auparavant en Guadeloupe, le préfet présidait la restitution des travaux issus des ateliers locaux à la préfecture à Basse-Terre.

Réunis le 14 octobre dernier, ces groupes de travail locaux composés de professionnels, d’associations et de partenaires institutionnels, avaient pour objectif de dresser un état des lieux des dispositifs et des pratiques existantes en matière de lutte contre les violences conjugales. Et à partir de cet état des lieux, chacun a proposé des solutions concrètes pour améliorer l’accompagnement des victimes dans les domaines suivants :

> L'accueil et l'orientation des personnes victimes de violences conjugales.

> La prise en charge sociale des personnes victimes de violences conjugales - Hébergement.

> La prise en charge enfants des personnes victimes de violences conjugales.

> L'accompagnement juridique et les droits des personnes victimes de violences conjugales.

> La prévention primaire en direction de la population, notamment chez les jeunes dans les établissements scolaires.

   
2019-11-19 14_19_13-DSC_4612.JPG - IDE
Grenelle-contre-les-violences-conjugales-restitution-des-groupes-de-travail-locaux_frontpageactus
La restitution en salle Schoelcher Le préfet avec les ambassadeurs - drices

 À l’issue de ces ateliers, plus d’une trentaine d’actions ont été identifiées :

> la création du guichet unique et régulateur qui accueille, écoute, coordonne, oriente et mobilise les partenaires et les dispositifs spécifiques autour de la victime et de son (ses) enfant(s) victimes ou co-victimes de violences conjugales, pour leur assurer une prise en charge globale et sécurisée ;

> la mise en place d’un numéro d’accueil d’urgence en local accessible 7 jours sur 7, 24h sur 24 tout au long de l’année ;

> l’aménagement des espaces d’accueil et de réception (au sein des commissariats, des brigades de gendarmeries, des centres d’accueil de la CAFCaisse d'Allocations Familiales ,...) qui garantissent certaines conditions : écoute, confidentialité, respect, dignité de la personne, neutralité, objectivité des professionnels chargés de recueillir les propos des victimes ;

> la transmission des informations à la victime sur le devenir de sa plainte et les autres leviers juridiques existants ;

> la Création d’un Fonds de Solidarité Local pour les victimes de violences conjugales (acteurs économiques à identifier aux côtés de ceux relevant du secteur public) ;

> la prise en charge psychothérapeutique des auteurs de violences conjugales ;

> la création d’un Observatoire Régional sur toutes les violences faites aux femmes ;

> la désignation et formation des Ambassadeur(drice)s du Non-sexisme et signature d’une charte.

> Les 32 actions identifiées par les ateliers - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,12 Mb

2019-11-19 14_19_34-DSC_4615.JPG - Visionneuse de photos Windows
2019-11-19 14_20_09-DSC_4620.JPG - IDE
   

Rappel des chiffres des violences faites aux femmes en Guadeloupe

Les violences faites aux femmes sont massives, largement répandues au sein de notre société. Elles n’épargnent aucun milieu, aucun territoire, aucune génération. Partout, elles perpétuent les inégalités et la domination.

En 2019, aucun homicide à l’encontre des femmes n’est enregistré dans le cadre des violences conjugales en Guadeloupe.

Selon les services de police et de gendarmerie en Guadeloupe, sur les dix premiers mois de l’année, le nombre de femmes victimes de violences, dans et hors du cadre familial, s’élève à 1 941, ce qui représente une augmentation de 9,5 % par rapport à 2018 sur la même période. Ces chiffres se déclinent comme suit :

  • 1 138 femmes ont été victimes de violences physiques, contre 1 090 en 2018 sur la même période ;
  • 543 femmes ont fait l’objet de menaces ou chantages contre 452 en 2018 ;
  • 8 femmes ont été séquestrées en 2019 contre 3 en 2018 ;
  • 53 femmes majeures ont été victimes de viols contre 47 en 2018 ;
  • 68 viols ont été perpétrés sur des mineures contre 57 en 2018 sur la même période ;
  • 47 cas de harcèlements sexuels et autres agressions sexuels ont été enregistrés contre des femmes majeures contre 50 en 2018 ;
  • 80 harcèlements sexuels et autres agressions sexuels contre des mineures, contre 66 en 2018 ;
  • Il y a eu 4 tentatives d’homicide à l’encontre des femmes enregistrées sur les dix premiers mois de l’année et 8 en 2018 à la même période.

Les mesures annoncées par le Premier Ministre lors de la clôture du Grenelle

> Discours de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre - Clôture du Grenelle contre les violences conjugales - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,26 Mb

> Clôture du Grenelle contre les violences conjugales - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb