25 novembre 2019 - Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

 
 
25 novembre 2019 - Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est relayée en Guadeloupe par des actions de sensibilisation autour de la date du 25 novembre. Programme et infos utiles.

Si la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est officiellement célébrée le 25 novembre, elle est relayée, en Guadeloupe, par différentes actions de sensibilisation mises en œuvre par les pouvoirs publics ainsi que des associations de femmes et de familles, sous l’égide de la direction régionale aux Droits des Femmes et à l’Égalité.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour afficher le programme complet

> Programme journée internationale lutte contre les violences faites aux femmes - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,81 Mb

CLSPD Petit-Bourg
FORCES
abymes

Les violences faites aux femmes sont massives, largement répandues au sein de notre société. Elles n’épargnent aucun milieu, aucun territoire, aucune génération. Partout, elles perpétuent les inégalités et la domination.

Infos utiles

> Outre le numéro national « 3919 », les femmes en Guadeloupe peuvent joindre le 0 800 39 19 19 du lundi au vendredi de 8h à 16h. Cet accueil téléphonique est géré par l'association Initiative Eco.
> Le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) assure également une permanence téléphonique, du lundi au vendredi, de 8h à 16h au 05 90 82 52 92.
> Un guide Info-femmes spécifique à l’archipel a été conçu par la commission « violences faites aux femmes », dans le cadre du Conseil départemental de la prévention de la délinquance. Ce document est téléchargeable en cliquant ici

> Le site web dédié aux violences conjugales contre les femmes : https://arretonslesviolences.gouv.fr/
> La plate-forme de signalement en ligne: www.signalement-violences-sexuelles-sexistes.gouv.fr
> Le site internet pour les femmes victimes de violence et pour les professionnel(le)s à la recherche d’informations : https://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/

3919

Les chiffres 2018 - 2019 en Guadeloupe

Selon les services de police et de gendarmerie en Guadeloupe, du 1er janvier au 31 octobre 2019

> 1138 femmes ont été victimes de violences physiques, contre 1090 en 2018 sur la même période ;
> 543 femmes ont fait l’objet de menaces ou chantages contre 452 en 2018 ;
> 8 femmes ont été séquestrées en 2019 contre 3 en 2018 ;
> 53 femmes majeures ont été victimes de viols contre 47 en 2018 ;
> 68 viols ont été perpétrés sur des mineures contre 57 en 2018 sur la même période ;
> 47 cas de harcèlements sexuels et autres agressions sexuels ont été enregistrés contre des
femmes majeures contre 50 en 2018 ;
80 harcèlements sexuels et autres agressions sexuels contre des mineures, contre 66 en 2018 ;
> Il y a eu 4 tentatives d’homicide à l’encontre des femmes enregistrées sur les dix premiers mois de
l’année et 8 en 2018 à la même période.

L'action de l'État

Le Grenelle des violences conjugales, lancé par le Gouvernement le 3 septembre 2019, a été l’occasion de mobiliser la société toute entière et rappeler l’existence du numéro d’urgence 3919, numéro d’écoute national, anonyme et gratuit, destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage. En Guadeloupe, Philippe Gustin, préfet de la région Guadeloupe, et Jean-Luc Lennon, procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Basse-Terre, ont réunit le 16 septembre dernier le comité local d’aide aux victimes (CLAV) avec les acteurs de terrain, les services publics, les associations et les familles de victimes de violences conjugales. La rencontre a permis de faire l’état des lieux des initiatives déjà menées au niveau départemental et de dégager un plan d’actions régional avec des projets concrets pour lutter encore plus efficacement contre les violences conjugales.

Pour consulter les 32 actions identifiées lors des ateliers locaux, cliquez ici : https://bit.ly/335XCw3

Sur le terrain, associations et pouvoirs publics (justice, police et gendarmerie…) sont mobilisés pour stopper ce fléau.