Point d'étape avec les représentants des usagers de l'eau sur les travaux engagés par réquisition

 
 
Point d'étape avec les représentants des usagers de l'eau sur les travaux engagés par réquisition

Ce mercredi 29 juillet, la secrétaire générale de la préfecture et la société Karuker'O ont rencontré  les représentants des usagers de l'eau pour dresser un point de situation des travaux réalisés dans le cadre de la réquisition préfectorale.

La feuille de route de l'opération coup de poing, présentée en mai dernier aux représentants des usagers de l'eau et aux élus, prévoyait 5,3 M€ de travaux à réaliser d’ici fin juillet, entièrement financés par l’État.
Cette première étape de la réquisition préfectorale vise à rétablir un service minimum de l'eau sur les zones les plus impactées et vient en complément des travaux du plan d'actions prioritaires dont les chantiers se poursuivent en parallèle.

> Bilan mission Urgence Eau Guadeloupe au 24 juillet 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,56 Mb

Les réquisitions portent sur les zones les plus impactées par les tours d’eau, correspondant à la zone d’influence du feeder Belle-Eau-Cadeau qui produit et achemine de l’eau potable sur un périmètre s’étendant des Saintes à la Désirade. Elle concerne les opérateurs d’eau suivants ; SIAEAGSyndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe , Eau d’Excellence, Renoc et CAGSCCommunauté d'agglomération Grand Sud Caraïbes.

Première phase : Un diagnostic technique a été établi au 9 mai 2020 par 5 experts SUEZ et Karuker'o
Les éléments de diagnostic :
La qualité de l'eau est maitrisée, les usines dont suffisantes mais surexploitées en raison des pertes sur la distribution. La maintenance préventive est inexistante, les organes clés dysfonctionnent ou sont HS.
Le design général du feeder Belle-Eau-Cadeau est adapté aux besoins mais la dégradation du fonctionnement hydraulique dure depuis de nombreuses années compte-tenu des pertes importantes en eau. Le rendement de réseau varie entre 20 et 40%.
Les tours d’eau sont généralisés mais faiblement maîtrisés.
Il n'y a quasiment pas de recherche de fuites invisibles depuis des années, les compétences locales sont très limitées.
La relation clientèle varie d'un opérateur à l'autre, mais le recouvrement est insuffisant.
Le niveau de management est faible et peu opérationnel.

Phase 2 : rétablissement d'un service minimum de l'eau du 15/05 au 24/07.

15 experts SUEZ et Karuker'o dont mobilisés en moyenne pour le déploiement et l’encadrement de la mission avec une dizaine d'entreprises, essentiellement locales, plus des agents des 4 opérateurs dépendants du feeder de Belle-Eau-Cadeau.
Un comité de pilotage est constitué à la fois des opérateurs, de la Préfecture, de la DFIP, de la Région, de l’IRSTEA et d'Eau de Paris.
5M€ de travaux sont prévus.
Réalisations marquantes :
Une force de frappe est en place sur l’inspection de 600 Km de réseau. 1 855 fuites ont été détectées dont 50% non visibles et seulement 5% sur canalisation.
6 entreprises de TP sont déployées soit 16 équipes de réparation de fuites. 700 fuites ont été réparées avec terrassement.
Sécurisation de la production.
L’usine de Deshauteurs est sécurisée et remise en production optimale.
Le réseau de distribution a été repris en main via le rétablissement de la sectorisation et dépannages multiples d’organes hydrauliques.
Un ordonnancement mutualisé est créé et un site web mis en place pour les usagers ( www.urgence-eau-guadeloupe.org :  400 réclamations reçues depuis le 3/07).
La distribution est redevenu « acceptable » dans les zones en difficulté et la plupart des autres zones de distribution via des petits travaux hydrauliques.
La télégestion d’une centaine de zones de distribution est en cours de finalisation.
Des logiciels de pilotage du projet sont développés.

Phase 3 : poursuite des réquisitions jusqu'à fin septembre pour réparer les 2000 fuites détectées, assurer la sécurité des personnes et des installations électriques et la qualité de l'eau produite
Détection et réparation de 2 000 fuites.
Installer les débitmètres et les vannes de régulation de pression pour mieux maîtriser le fonctionnement du système hydraulique.
Terminer la sécurisation des usines Espérance, Salines, Terrasson et Belle-Eau-Cadeau via la pose des dernières pompes, armoires et ballons.
Faire réparer les fuites sur compteurs par les agents des opérateurs publics.
Continuer à enquêter sur les points sensibles et résoudre les manques d’eau isolés (à partir des réclamations reçues sur le Web usagers).