L’innovation au service de la sécurisation du CHU de la Guadeloupe

 
 
L’innovation au service de la sécurisation du CHU de la Guadeloupe

Adapté au climat et au mode de vie insulaire, le futur CHU de la Guadeloupe est conçu comme un hôpital des extrêmes d’un point de vue sanitaire, sismique ou encore cyclonique.

Les ouragans Irma, Maria et, tout récemment, Dorian ont rappelé l’importance de la sécurisation et de la résistance du CHU face aux dangers climatiques. Le risque sismique est aussi un enjeu important, au regard des dégâts qu’il peut occasionner, comme le séisme d’Haïti en 2010. L’hôpital doit également répondre à toute crise sanitaire d’origine biologique ou épidémiologique.

L’exigence médicale associée à ces contraintes particulières a imposé une conception innovante pour sa sécurisation.

Une conception et des bâtiments adaptés

La conception architecturale avec des formes simples et compactes des bâtiments est la première réponse au risque parasismique. Des études spécifiques avec des simulations de séismes ont ainsi été effectuées pour tester la résistance des bâtiments ainsi que du second œuvre.
En complément et pour garantir la stabilité du sol sous certains bâtiments, plus de 420 pieux de béton de 6 à 20 mètres de longueur ont été insérés dans le terrain pour un total linéaire de plus de 5 km.

Des isolateurs parasismiques pour le plateau technique : une première en France

Le plateau technique, au cœur du CHU regroupe des services particulièrement vitaux comme les urgences, l’imagerie, le bloc opératoire, la réanimation, la radiologie, la médecine nucléaire et les laboratoires. Tous ces secteurs utilisent des équipements lourds et sensibles aux accélérations sismiques. Elles ne peuvent pas subir de trop violentes secousses et ont besoin d’être isolées afin de ne pas sentir les effets du séisme.

Pour cet objectif le bâtiment sera posé sur 216 « isolateurs » de type appuis pendulaires. Il sera donc comme posé sur des roulements à billes, de sorte qu’il ne bouge pas lorsque la terre tremble. Ces isolateurs sont posés sur des plots en béton de 2 mètres de haut au deuxième sous-sol du bâtiment.
Si elle est plus fréquemment utilisée dans d’autres régions soumis à  des risques sismiques majeurs tels que le Japon, la Californie ou la Grèce, l’utilisation d’appuis pendulaires mécaniques sans amortisseurs est une première en France.

Résister à des vents de plus de 250 km/h

Le CHU de la Guadeloupe est situé à 5 km de la mer, hors zone inondable. Il est également à une quinzaine de mètres au-dessus de la mer, ce qui le protège déjà des inondations. Des tests exceptionnels ont été réalisés en soufflerie et assurent la résistance du projet pour des vents allant jusqu’à de 250 km/h.

Si les températures ne sont jamais très élevées en Guadeloupe, le rayonnement solaire est particulièrement intense. Il a conduit les architectes à concevoir des protections solaires, favorisant les ombres naturelles sur toutes les surfaces de façade, permettant ainsi de limiter la consommation énergétique.

Cliquer sur l'image pour aller plus loin et découvrir ce chantier hors norme :